Humeurs

Essence de la vie

Musulmans ou pas, ennemis ou amis, la mort nous met tous d’accord. Au moins sur le fait qu’il y a une fin.

Une fin a toute vie.

Soubhanallah*, j’ignore si c’est juste un ressenti, mais je n’apprends que de décès et de maladies. Les gens sont de plus en plus malades et de plus en plus jeunes.

Dans la fougue, pris par la vie, par nos vies, on se sent intouchables, il semblerait que même le rappel ne dure que quelques jours puis on reprend cette routine de comateux léthargiques.

Plus je passe de temps avec ma grand-mère, Plus je me rends compte du nombre d’années que j’ai perdu avec des futilités. A me demander si je plaisais, si un jour je rencontrerai ce fucking prince charmant, si j’allais un jour toucher les étoiles, au lieu de vivre au jour le jour comme nous l’enseigne la sagesse des vieux manuscrits qui pourrissent dans nos bibliothèques.

Quand j’observe le bout de ces doigts carbonisés par la javel, son cœur qui respire de moins en moins bien. Quand je vois l’étincelle de vie qu’il y a dans ses yeux, celle d’une femme qui s’est contenté de peu toute sa vie. Quand je vois cette société qui a brisé la dignité de papas, de mamans, les obligeant à s’abaisser tous les jours à nettoyer derrière les autres. J’ai mal…

Aujourd’hui, on aspire a mieux parce qu’on parle français, parfois même 3 langues et la réalité nous crache dents contre le sol de l’enfer qui nous attend à retrouver une dignité qui s’est barré il y a longtemps.

Un jour j’ai ri au nez de quelqu’un qui m’a dit « on peut vivre d’eau fraîche et d’amour ». Aujourd’hui, j’ai compris. Je l’ai compris dans les yeux de ma grand-mère. Cette force, cette élégance, cette tenue, bref. Ma gorge se noue. Et mes yeux s’inondent. On s’est perdu dans des illusions, on y a cru dur comme fer.

Et voyant ma tristesse, elle m’a dit: « quand je me suis mariée, il y avait ce tapis-là que tu vois au sol, et une bonbonne de gaz. Et c’est ce que j’ai aujourd’hui. Mais je n’ai fais de mal a personne, j’ai éduqué mes 10 enfants. Bentî, si tu trouves un homme qui craint Dieu, épouse-le. » A ce moment tu peux être qui tu veux, tu fonds en larmes, tu écoutes et tu la fermes surtout. De telles bibliothèques vivantes. Elle ne parle pas le français, mais elle parle la vie tout simplement.

Je hais ce que cette société a fait de nous. On a complexifie tout ce qui était simple.

Être heureux c’est aimer et être aimé. Elle, c’est ma chaleur. Et cela me suffit.

Bref, je me perds. Que de leçons que la mémoire de nos cœurs efface aussitôt que l’émotion soit passée. Soyons constants.

L’annonce de la mort ou de la naissance de quelqu’un a cette magie d’effacer les rancœurs pour les plus sincères. La tragédie de nos vies, c’est d’avoir oublié la mort. Pourtant les signes se suivent et rien n’arrive au hasard.

A toute âme vagabonde, il faut profiter de la vie, aimer ceux qui t’aiment, et voyager léger. Car la route est longue.

Rabi Hafdkom* ❤

Nawal Sheikh

——————————-

Soubhanallah* : Expression en arabe signifiant littéralement Gloire à Dieu, et qui s’emploie couramment pour exprimer l’étonnement.
Rabi Hafdkom* : Expression en arabe signifiant Que Dieu vous protège

Publicités

Une réflexion au sujet de « Essence de la vie »

  1. Salam aleykom,

    Essence de la vie ou le fait de revenir à l’essentiel tout simplement, on se casse trop la tête avec nos petits chichis du quotidiens, kheyr inchaallah !

    J'aime

Laissez-nous un commentaire pour le débat :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s